Vendredi 17 mai 2024
AccueilCovid-19Les symptômes du COVID long causent plus d'incapacités que les maladies cardiaques...

Les symptômes du COVID long causent plus d’incapacités que les maladies cardiaques ou le cancer, selon une étude récente

Des individus ayant survécu à la COVID-19 au début de la pandémie, avant la disponibilité des vaccins, présentent un risque accru de divers problèmes de santé jusqu’à deux ans après leur première infection, indique une nouvelle recherche. C’est particulièrement le cas pour ceux qui ont été hospitalisés.

Parmi ces problèmes, on compte des complications cardiaques, des caillots sanguins, le diabète, des complications neurologiques, la fatigue et des troubles mentaux – des symptômes couramment regroupés sous le terme de «COVID long».

Les chercheurs ont analysé les risques de plus de 80 complications liées au COVID long en utilisant une mesure appelée «année de vie ajustée sur le handicap» (DALY en anglais). Ils ont découvert que le COVID long causait plus de 80 DALYs pour 1 000 personnes non hospitalisées initialement, soit un fardeau supérieur à celui des maladies cardiaques ou du cancer.

«J’ai été véritablement surpris en voyant cela,» a déclaré l’auteur de l’étude, Dr. Ziyad Al-Aly, directeur du centre d’épidémiologie clinique au système de santé des anciens combattants de St. Louis.

Selon Al-Aly, ce chiffre élevé s’explique par le fait que le COVID long affecte de nombreuses parties du corps. «Nous devons comprendre que les infections peuvent conduire à des maladies chroniques,» a-t-il ajouté.

L’étude, publiée dans le journal Nature Medicine, a examiné près de 140 000 vétérans ayant survécu 30 jours après avoir contracté la COVID-19 en 2020, comparant leurs cas à 6 millions d’autres patients n’ayant pas été infectés. Néanmoins, cette étude présente des limites. Les participants étaient principalement âgés, majoritairement masculins, et aucun n’était vacciné, car le vaccin n’était pas encore disponible.

Le Dr Al-Aly s’est concentré sur ce groupe pour étudier les effets à long terme de la COVID-19 sur des patients ayant dépassé deux ans depuis leur infection.

L’étude montre que, même sans hospitalisation initiale, les patients avaient un risque accru de décès jusqu’à six mois après l’infection. Au fil des deux années, le risque de symptômes du COVID long diminuait, mais restait élevé pour un tiers des 77 affections examinées.

Quant aux patients hospitalisés lors de leur première infection, leurs perspectives étaient plus sombres, restant à risque élevé pour deux tiers des problèmes de santé étudiés, même deux ans après.

«Nos découvertes soulignent l’importante charge cumulée de la perte de santé due au COVID long,» a conclu Al-Aly, ajoutant que cela pourrait également avoir des implications socio-économiques majeures.

ARTICLES CONNEXES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles Récents

Recent Comments